devenir propriétaire

Les étapes d’un achat immobilier

Vous vous apprêtez à devenir propriétaire d’un bien immobilier ?
Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour bien préparer ce projet et vivre cette expérience sereinement.

3 Rechercher le bien immobilier qui vous correspond

Comment bien préparer son achat immobilier.

Les premières questions à se poser concernent la façon dont vous allez préparer votre achat immobilier et rechercher votre bien.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • rechercher votre bien seul à l’aide de la presse spécialisée ou bien des annonces des sites internet,
  • confier votre recherche à une ou plusieurs agences immobilière,
  • passer par un programme de promoteurs dans le cas d’un investissement dans un bien neuf.
  • chasseurs d’appartements.

Vous ne savez pas pour où commencer ?

Avant de rechercher votre bien immobilier et devenir propriétaire, faites-vous une idée de ce que propose le marché en visitant les sites spécialisés (Se loger, De Particulier à Particulier, La Forêt…) ou en vous inscrivant dans les agences immobilières ou bien encore en faisant appel à une étude notariale.

Vous souhaitez obtenir des informations sur les plans immobiliers dans l’hypothèse d’un achat dans du neuf ? Vous faire une opinion à propos de l’allure du programme ? Consultez et étudiez de près les différents plans ou documents de base disponibles auprès du promoteur et demandez-lui de vous les commenter. De plus, le promoteur devra vous fournir un descriptif technique le plus détaillé possible.

Bien connaître l’environnement dans lequel se trouve le bien immobilier qui vous intéresse est essentiel. Afin de préparer au mieux votre achat immobilier, renseignez-vous sur :

  • l’accessibilité des transports,
  • la proximité des structures sociales et des commerces,
  • les différents projets d’aménagement de la ville,
  • le plan local d’urbanisme à la mairie.

Aussi, il est impératif de poser un maximum de questions afin de vérifier de nombreux points clés tels que : le bruit, la luminosité (visitez le bien à différentes heures de la journée), l’humidité, l’électricité, la plomberie, la toiture, les éventuelles anciennes fuites, l’état des lieux, l’isolation, la charpente, le type de chauffage…

Il est également très important de connaître précisément la surface habitable du bien que vous convoitez (ne la confondez pas avec la surface utile).

La surface habitable correspond à la surface de plancher construite après déduction des surfaces occupées par les murs, les cloisons, les marches, les cages d’escalier, les gaines, l’ébrasement de portes et de fenêtres.

Elle ne tient pas compte de tous les locaux dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 m. Elle ne tient pas compte non plus des dépendances, des combles non aménagés, des caves, des sous-sols, des remises, des garages, des terrasses, des loggias, des balcons, des vérandas ou séchoirs extérieurs au logement.

La surface utile, quant à elle, comptabilise toutes ces annexes. C’est la raison pour laquelle certains professionnels n’hésitent pas à utiliser cette notion plus flatteuse dans leur argumentation de vente. Notre conseil : tenez compte uniquement de la surface habitable.

Sachez également que la loi Carrez rend obligatoire la mention de la superficie du bien vendu, lorsque celui-ci a été acheté en copropriété. Elle doit être mentionnée dans les promesses de vente ou d’achat et dans tout contrat de vente d’un lot de copropriété à l’exception notamment des caves, garages, emplacements de stationnement et de certains locaux de faible superficie.
Pour plus de tranquillité, vous pouvez également venir accompagné d’un professionnel afin de réaliser une première expertise du bien et préparer votre achat immobilier avec justesse en évaluant les dépenses supplémentaires éventuelles.

Le promoteur auquel vous aurez affaire a peut-être demandé, auprès de l’Association Qualitel, de pouvoir bénéficier de son label. C’est un label de qualité technique officiellement agréé par l’État qui permet d’obtenir un complément de prêt action logement (anciennement 1 % employeur) de 1 600 €. Renseignez-vous car Qualitel examine :

  • la protection contre les bruits émis à l’intérieur du bâtiment,
  • la protection contre les bruits émis à l’extérieur,
  • le niveau prévisionnel des charges pour le chauffage et l’eau chaude,
  • le coût d’entretien des façades et des toitures,
  • l’installation plomberie/sanitaire,
  • l’installation électrique,
  • le confort thermique d’été.

Il s’applique aux logements neufs présentant un niveau de qualité technique supérieur à la moyenne des constructions neuves. Il est délivré après un examen rigoureux des documents techniques (plans, devis, descriptif). Le programme immobilier qui affiche cette référence garantit que le constructeur s’engage à réaliser un projet respectant des critères techniques particuliers en ce qui concerne.

Lors de la recherche de votre bien immobilier, il est évidemment très important de connaître les prix du marché. Pour cela, renseignez-vous auprès des notaires, des agences, des sites internet, du Conseil général de l’Environnement Durable (CGEDD) du Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et de l’économie et du développement durable (http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr) sur la vente de biens comparables.

En ce qui concerne le coût dans le neuf, sachez tout d’abord que le prix de vente est annoncé TTC. Il peut être ferme et définitif à la réservation ou bien révisable. L’indexation se fait suivant la variation de l’indice national du bâtiment tous corps d’état (Index BT.01).
Les frais annexes sont réduits : taxe de publicité foncière, droit de timbre, honoraires de notaire, salaire du Conservateur des Hypothèques. En tout, de 2 % à 4 % du prix d’achat.
 Dans les frais d’acte notarié, la TVA est de 20,6 %. Pour un appartement vendu « en état futur d’achèvement », il faut ajouter 0,60 % de publicité foncière.

Bon à savoir !

Informez-vous auprès de la mairie pour en savoir plus sur des sujets comme les projets d’urbanisme ou le permis de construire.
Pensez aussi à une éventuelle revente ! Ce critère est à prendre en compte au moment de l’achat. Il est même déterminant.

Haut de page