Immobilier : le marché semble toujours faire preuve d’attentisme

“Le sursaut des prix observé traditionnellement au printemps n’a pas eu lieu. Au cours du 2ème trimestre 2012, les prix des logements anciens sont en effet quasiment restés stables (+ 0,1 % par rapport au 1er trimestre sur le marché des appartements, et + 0,2 % sur celui des maisons”, indique la FNAIM. Sur 12 mois glissants, la variation annuelle est de + 5,1 %.Compte tenu de cette stabilité observée au 1er semestre, la FNAIM estime que “tout recul des prix supérieur à 5 % pour 2012 peut être définitivement écarté”. Cela étant, les professionnels enregistrent un recul de leurs activités de l’ordre de 15 % en moyenne au 2e trimestre 2012 par rapport à la même période de l’année précédente.

Au-delà des effets déjà annoncés au printemps (fin de l’effet “réforme de l’imposition des plus-values immobilières”, suppression du PTZ+ dans l’ancien, attentisme pré et post électoral), la FNAIM souligne que le durcissement des conditions d’octroi des prêts impacte aussi fortement l’activité. Ainsi, seulement 6 milliards d’euros de nouveaux prêts ont été octroyés en avril, contre 12 milliards l’an passé. Afin de redynamiser le marché, la FNAIM soutient notamment l’idée d’une exonération, totale ou partielle et sous conditions de ressources, des droits de mutations en faveur des primo-accédants.

 

© 2012 Editions Francis Lefebvre